Keep Up With New York,
rouvre ses portes
nous vous souhaitons la bienvenue.
# Saison 2
nouvelle intrigue
Venez découvrir la nouvelle intrigue Ici
Aidez les nouveaux
à se sentir chez eux
Soutenir le forum
les top sites
Venez soutenir le forum en votant sur les top sites Ici, Ici et Ici

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Partagez | 
EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Keep Up With New York :: Hunts Point
avatar
Destroying someone is fun !
Messages : 48
Points de justice : 20
Date d'inscription : 31/05/2017
Pseudo : HANGOVER.
Célébrité : DAVID PRAT.
Crédits : MORRIGAN, MY 5.



EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Lun 12 Juin - 23:07
five & aspen
EAUX TROUBLES.

tu fais claquer la portière de la voiture d'un coup sec, les mains au fond des poches, tu avances vers le palier de la maison que tu partages avec tes colocataires un peu particulières. la porte d'entrée n'est pas fermée, elle ne l'est pratiquement jamais, il est rare que vous rentriez tous à la même heure et vous avez très vite compris que vous faire réveiller par ceux qui avaient oublié leurs clés au beau milieu de la nuit n'était pas une sensation agréable, c'était même signe de tension le lendemain et quand on vit à dix dans une baraque, on évite les bagarres inutiles. tu montes les marches qui te mène à l'aile ou se trouve tes quartiers en évitant soigneusement le salon d'où tu peux entendre les gémissements de knox et l'une de ses nombreuses conquêtes ainsi que bruit de fond d'un match de basket. même si ça ne dérange plus personne de voir knox avec les doigts dans une culotte - c'est tellement fréquent. tu dois nettoyer le sang qui couvre les articulations des tiens. cette nuit n'a pas été de tout repos à travers la fenêtre de ta chambre, tu aperçois déjà le soleil qui commence à se lever, le bruit insupportable de ses oiseaux de malheur qui commencent à chanter. tu grimaces, ramasse un bas de rechange, jette ton haut sur le sol et pénètre dans la salle de bain attenante. tu partages celle-ci avec five depuis cinq ans maintenant, mais tu n'es toujours pas habitué à son bordel de fille. il suffit que vous pénétriez dans le rayon beauté du supermarché pour qu'elle disparaisse pendant des heures et qu'elle ne revienne qu'au moment de payer avec des produits pleins les bras, un sourire innocent sur les lèvres. après ça, elle s'enferme dans cette pièce pour faire tu ne sais quoi et elle laisse un bordel pas possible, l'ordre ne sera jamais son truc, il faut toujours que tu passes derrière elle pour nettoyer, frotter, ranger. et tu as beau lui faire la morale, tu as l'impression qu'à chaque fois le résultat est pire à croire qu'elle le fait exprès. ce soir, pas le temps de fermer les nombreux vernis à ongles qui gisent sur l'évier, de retirer ses cheveux de sa brosse, de ranger les barrettes dans un tiroir. tu allumes l'eau pour remplir la baignoire et en attendant, tu en profite pour examiner ton visage devant la glace. le con qui vous devez du fric était plus doué avec les mots qu'avec ses poings, tu n'as qu'une légère coupure sur la lèvre et encore le goût d'hémoglobine dans la bouche. tu craches dans l'évier, rince tes mains et ton visage au-dessus et puis te déshabille complètement pour te glisser dans l'eau brûlante. la sensation de chaleur te détend instantanément, tu poses les bras sur les rebords de la baignoire et ferme les yeux histoire de profiter une minute. juste une minute.
avatar
It's life. Lower your exceptations.
Messages : 35
Points de justice : 26
Date d'inscription : 08/06/2017
Célébrité : Lyzy Adler
Crédits : @ faust



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Mar 13 Juin - 16:05
five & aspen
EAUX TROUBLES.

Tu tournes et te retournes dans ton lit, jusqu’à soudainement, ne plus bouger. Y’a du bruit en bas, et c’est pas seulement les gémissements de la salope que se fait Knox. Elle est dégueulasse, et elle crie comme une truie. T’as juste envie de l’étouffer. Et lui, il te tuerait. Alors tu te contentes de pester silencieusement en attendant de trouver un sommeil plus profond. Mais impossible maintenant que t’as entendu cette porte d’entrée. T’as la gueule d’une princesse qui vient juste d’émerger, un visage angélique plein de candeur, d’innocence –plus ou moins feinte- et une moue à faire craquer n’importe qui. T’es encore un peu endormie, pourtant, d’une certaine façon, totalement réveillée à partir du moment où t’as réalisé que c’était Aspen qui venait de rentrer. La porte qui claque, le silence qui suit, ça ne pouvait être que lui. Si t’étais prête à te rendormir, tu t’extirpes finalement du lit lorsque t’entends l’eau du bain coulé. Endormie ou non, tu perds pas le nord. Aspen, depuis qu’il est rencontré, tu veux plus le quitter. T’as besoin de sa présence, même si t’as toujours envie de le frapper dès qu’il se met à râler. C’est sur la pointe des pieds que tu vas jusqu’à la salle de bain. La porte, tu l’ouvres doucement, et t’y jettes un coup d’œil. Là, tu le vois. Nu comme un ver. Tu le détailles sans la moindre pudeur. Aspen, depuis qu’il est rentré, il a réveillé ce quelque chose chez toi. Y’a ton bas ventre qui te chatouille, et cette envie de l’avoir collé à toi qui t’obsède. Il t’attire, comme un putain d’aimant contre lequel tu ne peux pas lutter. Y résister, ce serait comme ramer dans une eau à contre courant. Inutile et crevant. Mais il est là, sous tes yeux, dans le plus simple appareil. Il glisse dans l’eau, et ferme les yeux. Il a tout du guerrier qui rentre du champ de bataille. Celui qui profite des quelques instants de calme avant d’y retourner. Pieds nus, tu rentres dans la salle de bain, refermant à ton tour la porte, le léger bruit couvert par celui de l’eau qui coule. Le peu de vêtements que t’as encore, tu l’ôtes. C’est au moment où tu poses un pied dans la baignoire qu’il ouvre les yeux, surpris de te voir là, et sans doute dans cette tenue là. Nue. Complètement nue face à lui. « Fais moi de la place. » tu mets le deuxième pied dans la baignoire, mais tu restes debout, droite, devant lui, en attendant qu’il te fasse de la place. « J’ai froid, Aspen. » Autrement dit, bouge toi un peu. Et pour qu’il comprenne un peu plus, avec ton pied, tu te tentes de bouger un peu ses jambes. Tu voudrais pas attraper froid. Et tu risquerais de lui piquer une crise s’il te dit de dégager. Non, en fait, tu ferais ta place toi-même s’il veut pas le faire de lui-même. Même si tu ne l’avoues pas à voix haute, Aspen, il t’a sacrément manqué. Lui et son caractère de merde. Lui et son autorité que tu défies à chaque instant. Lui et sa violence.
avatar
Destroying someone is fun !
Messages : 48
Points de justice : 20
Date d'inscription : 31/05/2017
Pseudo : HANGOVER.
Célébrité : DAVID PRAT.
Crédits : MORRIGAN, MY 5.



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Mar 13 Juin - 22:20
five & aspen
EAUX TROUBLES.

allongé dans la baignoire, la tête qui repose contre l'email glacé alors que l'eau chaude t'enveloppe, tu pousses un soupir presque inaudible de contentement total. en prison sous les douches glacées qui ne devaient pas durer plus de queqlues minutes, tu te souviens de ce que tu pensais, que la première chose que tu ferais en sortant à part baiser une pute et bouffer un truc plus gras que le gardien qui te servait de conseiller, c'était que t'allais prendre un bain. et tous les jours, alors que t'allumais l'eau, tu pensais à ce que ça te ferait de retrouver cette sensation. mais enfermé entre quatre murs, on a souvent tendance a idéaliser des petits détails de notre quotidien d'avant, de celui qu'on avait dehors. si t'avais été assez lucide, tu te serais rappelé que dehors t'avais jamais eu le temps ou presque de prendre un bain, qu'avec les affaires à gérer, les filles à protéger, tes acolytes à cadrer et five et ses sautes d'humeur à la con t'avais jamais une minute à toi. toujours à courir partout pour que ça ne parte pas dans tous les sens à devoir réparer les conneries des autres. c'est la première fois depuis ta sortie qui date déjà de plusieurs semaines que tu peux enfin te poser cinq minutes et la baignoire est le seul endroit au monde où tu rêvais de te caler pour te reposer. le seul endroit où tu pensais que personne viendrait t'emmerder pendant une dizaine de minutes minimums. t'étais presque à deux doigts de regretter la prison et l'isolement où t'as finis plusieurs fois, le silence, le calme total qui nous abasourdit les premières fois où on se réveille en sursaut la nuit, puis que par la suite, on recherche comme un putain d'accroc au crack.

alors que t'es sur le point de piquer du nez, un bruit te fait soudainement ouvrir les yeux. five est plantée devant toi. complètement nue. surpris par cette intrusion inattendue, il te faut un peu de temps pour retrouver tes esprits. « fais-moi de la place. » elle te dit seulement. « rhabilles-toi et casse toi de là. » tu viens de te rendre compte que t'es entrain de la fixer, que les courbes de son corps viennent de te faire frissonner, il y a autre chose que t'as pas encore mit à exécution depuis ta sortie, c'est cette histoire de pute. vivement que ta préférée revienne de vacances que tu puisses te soulager. pas que ça t'importe que ce soit elle ou une autre, mais tu sais qu'elle fera bien le travail, tu veux pas permettre à quelqu'un de te décevoir, ta première fois après treize mois doit être plus que bonne si les autres veulent pas subir ton humeur massacrante. « j'ai froid, aspen. » elle chuchote en poussant ton pied doucement, instinctivement, tu retires l'obstacle qui la gêne pour s'installer, replie les jambes sur ton torse de peur qu'elle se paie une autre de ses foutues grippes, la dernière à faillit a tuer. cette salope a le don d'attraper les virus à la con et de faire croire au monde entier qu'elle va crever. « je peux savoir ce que tu fous? ça fait des heures que tu devrais être couchée. » tu marmonnes les mâchoires crispées histoire de pas t'énerver plus que ça et réveiller la baraque tout entière. le but de ce bain était de te détendre, mais à cause de five tu es plus tendu que jamais.
avatar
It's life. Lower your exceptations.
Messages : 35
Points de justice : 26
Date d'inscription : 08/06/2017
Célébrité : Lyzy Adler
Crédits : @ faust



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Mer 14 Juin - 10:06
five & aspen
EAUX TROUBLES.

Quand tu marches jusqu’à la baignoire, tu ne fais que fixer Aspen. Pendant quelques instants, il a l’air paisible. Tu te demandes à quoi il pense. Mais tu te demandes aussi ce qu’il a été faire. Et avec qui. Bien qu’à voir sa lèvre, t’en as une vague idée. Tu te demandes juste qui était le malchanceux cette fois. C’est sans la moindre hésitation que tu retires le peu de fringues que t’as sur le dos. T’es pas franchement pudique. Et face à Aspen, encore moins. Au contraire. T’espères peut-être même le réveiller un peu. Un pied dans la baignoire, puis le deuxième, et voilà qu’il te fixe. Tu sais pas si c’est un frisson que tu viens d’apercevoir, mais ça te plait bien. « rhabilles-toi et casse toi de là. » tu lèves les yeux au ciel, mais finis par sourire en te rendant compte que ton corps, il le détaille. C’est que le spectacle ne doit pas lui déplaire. « Non. » Pourquoi tu te rhabillerais ? Ca le dérange pas de voir ses putes à poil, pourquoi la vue de ton corps le dérangerait ? Il bouge ses jambes quand tu lui dis que t’as froid, et tu t’assois dans la baignoire, les jambes repliées contre ta poitrine. « Ca te dérange peut-être ? » Peu importe la réponse, tes jambes, tu les étales, en les glissant de chaque côté de son corps, t’imposant un peu plus dans cette baignoire, en t’imposant à lui, quitte à royalement l’emmerder. « je peux savoir ce que tu fous? ça fait des heures que tu devrais être couchée. » Il est blasant. Complètement blasant. T’as envie de l’appeler Papa, juste pour l’emmerder avec son autorité à la con, mais tu trouves ça un peu étrange. Complètement, même. « Je pensais au moins que pendant les treize mois où tu t’es barré, je t’aurais un peu manqué. » Tu dis ça comme s’il l’avait choisi, comme s’il était parti volontairement. Mais la vérité, c’est que tu lui en veux à Aspen. Tu lui en veux de t’avoir abandonné. T’en veux aux flics aussi. Mais tu lui en veux à lui surtout, parce que les flics, tu t’en tapes royalement, ils ont jamais compté. Peut-être que s’il avait passé moins de temps avec ses putes, il aurait pu rester un peu plus concentré et il ne se serait pas fait choper. « Mais si j’te fais chier, dis le, j’me casse. Et pas que de ton bain. » Impossible d’être plus claire, mais tu te la joues surtout drama queen. Sale habitude. Mais tu sais que même si tu le voulais, Aspen, il te laisserait pas filer. Et d’une certaine façon, peut-être que ça te rassure. « Mais si ça peut te rassurer, je dormais. Du moins quand j’entendais pas l’autre dégueulasse en train de jouir sur notre canapé. » laches-tu en levant les yeux au ciel. Knox, il a sérieusement des goûts de merde. Et puis toi, tu les trouves bien trop bruyantes à ton goût. Cette baraque, elle ressemble plus à un bordel qu’autre chose, et de temps en temps, t’aimerais juste un peu de calme. Pourtant, t’es bien consciente que des fois, c’est bel et bien toi qui les provoques, les cris. C’est bien toi qui fais enrager Aspen. Et inversement. Cette maison, c’est vous qui la faites vivre avec cette relation tordue et cette possessivité maladive. « Et je t’ai entendu rentrer. Je savais que c’était toi. » Sous-entendu qu’en sachant ça, et qu’il te manquait, t’avais besoin de le voir, même si ça ne semble pas réciproque. Belle désillusion. Tu te penches un peu plus vers lui, tes cuisses frôlant les siennes. « T’étais où ? »
avatar
Destroying someone is fun !
Messages : 48
Points de justice : 20
Date d'inscription : 31/05/2017
Pseudo : HANGOVER.
Célébrité : DAVID PRAT.
Crédits : MORRIGAN, MY 5.



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Sam 1 Juil - 2:11
five & aspen
EAUX TROUBLES.

et cette salope ose te demander si son intrusion soudaine dans ton moment d'intimité te dérange, tu meurs d'envie de la prendre par les cheveux pour l'envoyer valser dans sa chambre. pourquoi personne n'est-il capable de te foutre la paix plus de cinq minutes d'affilés? pourquoi faut-il toujours qu'elle vienne te chercher? ne peut-elle pas se trouver un nouveau jouet? évidemment, tu sais que si elle le faisait, ça te mettrait en rogne, impossible pour toi de ne pas être au centre de ton attention, tu veux qu'elle se demande constamment ou tu es et ce que tu fais histoire de pouvoir un peu plus la contrôler. tu te persuades que c'est pour sa sécurité, mais là, avec tes yeux qui évitent sciemment de regarder sa peau qui plonge dans l'eau chaude, tu sais que ce n'est pas vrai. « je pensais au moins que pendant les treize mois où tu t’es barré, je t’aurais un peu manqué. » ses jambes frôlent tes mollets, puis tes cuisses alors qu'elle se glisse confortablement dans la baignoire. tu sais pas ce qui lui prend à se dé-zapper devant toi, mais t'es presque certain que t'es le seul devant lequel, elle puisse le faire. qu'elle dévoilerait pas son intimité comme ça à n'importe qui, qu'elle a juste suffisamment confiance en toi. mais pour qui elle te prend, son grand frère? hors de question qu'elle se mette à croire qu'elle peut entrer sous la douche quand t'es entrain de te laver ou rentrer sans toquer dans ta piaule, bien qu'elle le fasse déjà trop souvent. cette garce prend de plus en plus ses aises, ces derniers temps à croire qu'elle a oublié qui t'étais, à qui elle s'adressait. « mais si j’te fais chier, dis le, j’me casse. et pas que de ton bain. » tu roules des yeux, elle te fait marrer, ton sourire carnassier ne fait que le prouver. « ah ouais, et t'irais où? deux jours dans les rues et tu serais la catin de quelqu'un d'autre. » ça te fait frissonner l'idée qu'un taré s'approche d'elle de trop près, en face sa putain de propriété. elle est à toi, la gamine. peut-être pas son corps, t'es pas assez pervers pour avoir encore déjà tenté de la toucher bien que l'idée ait pas pu s'empêcher de te traverser. comme ce soir, quand ses pieds caressent tes cuisses nues et que tu peux apercevoir le renflement de ses seins au-dessus de l'eau. « t'étais où? » elle te demande finalement. sûrement qu'elle a capté que t'étais parti un petit bout de temps, cette nuit. elle se rapproche et tu te décides de mettre fin à son nouveau jeu, elle adore ça te martyriser. « ça te regarde pas. » tu t'arranges pour rester dos à elle en sortant de ton bain que t'aurais temps aimé savourer, t'enroules une serviette autour de tes hanches, jette un œil à ton reflet qui s'est un peu amélioré depuis que t'es rentré. demain, déjà t'auras presque plus rien. seulement les phalanges défoncées et un bout de la lèvre déchiquetée, rien qui attire vraiment l'attention. tu passes une main dans tes cheveux, te retourne vers la blondinette qui squatte encore les lieux. « bon allez dégage maintenant. et la prochaine fois que tu veux te mettre à poil devant quelqu'un pense à knox, tu seras mignonne. »
avatar
It's life. Lower your exceptations.
Messages : 35
Points de justice : 26
Date d'inscription : 08/06/2017
Célébrité : Lyzy Adler
Crédits : @ faust



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Dim 9 Juil - 13:34
five & aspen
EAUX TROUBLES.

Emmerder Aspen, c’est une activité quotidienne. Si c’était d’abord pour réellement lui pourrir la vie, ça a fini par devenir une habitude, plus par jeu qu’autre chose. Un jeu qui peut facilement déraper et qui peut se retourner contre toi, mais qui ne t’empêche clairement pas de continuer. Mais ce soir, t’es pas venue là dans cette optique. Tu voulais juste passer un peu de temps avec lui. Mais ça te tue d’avouer qu’il t’a manqué. Question de fierté. En attendant, ça te fait bien rire de voir qu’il évite de poser ses yeux sur tes courbes. Parce que tu le connais, Aspen. Tu sais qu’il manque pas une occasion de mater ce qu’il a devant lui. Il perd pas non plus de temps lorsqu’il s’agit de baiser. Mais là, son regard évite de se poser sur tes seins, sur ton ventre nu, ou descendre encore plus bas. Ca t’empêche pas de frôler ses cuisses de tes mollets, de presque caresser cette peau trop proche de la tienne. Et de le provoquer par la même occasion. « ah ouais, et t'irais où? deux jours dans les rues et tu serais la catin de quelqu'un d'autre. » « Peut-être que non. Ca te ferait rager que je m’en sorte sans toi. » réponds-tu en haussant les épaules en t’immergeant un peu plus dans l’eau, alors que tes pieds caressent un peu plus ses cuisses. « Mais ça t’énerverait encore plus que j’sois… la catin d’un autre, c’est ça ? » ajoutes-tu avec un sourire en coin. En réalité, t’es pas certaine de pouvoir être sous la coupe de qui que ce soit d’autre. Aspen, ça fait bien trop longtemps que tu le connais, bien trop longtemps que tu vis avec. Il t’en a fallu du temps pour imprimer ses règles, il t’en a fallu du temps pour tout intégrer. Mais la vérité, c’est que même s’il a tendance à vouloir contrôler tout ce que tu fais, tu fais quand même un peu ce qu’il te plait. Que ça soit grâce à un battement cil ou parce que tu piques une crise. La vérité, c’est qu’ici, c’est toi la princesse, quoiqu’il en dise. Et tout le monde le sait. Personne te dit rien à part Aspen, personne n’a rien le droit de te dire. Sinon, tu sais que Knox t’aurait frappé depuis déjà bien longtemps. Seulement il le fait pas, alors tu continues de parader comme la princesse capricieuse que t’es. Une nouvelle fois, tu t’approches, te penches un peu plus vers lui, tes seins frolant la surface de l’eau en lui demandant où il était. S’il surveille tes allers et venues, tu fais de même depuis un moment. Plus encore depuis qu’il est revenu. Sans doute par peur de le voir disparaitre une fois de plus. « ça te regarde pas. » tu fronces les sourcils alors qu’il se lève, et si t’essaies de le rattraper par la main, ses doigts glissent entre les tiens. « Evidemment que ça me regarde ! Et pourquoi tu m’emmènes pas avec toi ? » Pour quoi faire, t’en n’as pas la moindre idée. Cee que tu sais, c’est que t’as pas franchement envie qu’il quitte ton champs de vision. « Puis si tu m’emmènes, ce serait un moyen de surveiller ce que je fais… Tu sais, être sûre que je fais pas de conneries, que j’vois pas de mecs… tout ça. Enfin je peux aussi aller en boite et faire tout ce que les jeunes de mon âge font. » Tu hausses encore les épaules, en tentant de garder ton sérieux, même si t’es consciente que tes mots ne sont pas très subtils, pourtant, tu sais que l’un dans l’autre, Aspen va réagir. Tu continues de le fixer. Lui et son corps nu. Lui et son cul qui finit par être couvert d’une serviette. Tu soupires en te calant de nouveau dans la baignoire quelques instants. Il se retourne vers toi, te fixant quelques secondes de trop, et t’aurais presque l’espoir qu’il vienne te rejoindre. Encore une belle désillusion. « bon allez dégage maintenant. et la prochaine fois que tu veux te mettre à poil devant quelqu'un pense à knox, tu seras mignonne. » Cette fois, t’éclate de rire. « Knox ? Sérieusement ? » tu ris de plus belle alors qu’à ton tour tu sors de l’eau, en en foutant partout, ce qui te passe complètement au-dessus de la tête. Tu t’approches d’Aspen, et tires d’un coup sec sur la serviette qu’il avait autour de la taille, désormais entre tes doigts, bien que tu les aies n peu trop laissé trainer sur son bas ventre. Tes yeux descendent sans la moindre pudeur sur son entrejambe, et tu souris comme la gamine que t’aies, entre la joie et l’amusement. Tu te rapproches encore jusqu’à frôler son corps. « Knox, c’est hors de question… Mais c’est gentil de me soumettre l’idée… Parce que Cash, en revanche… Je dis pas non. T’en dis quoi ? Cash ou Knox, c’est du pareil au même pour toi ? » Alors que pour vous, les filles, c’est le jour et la nuit. Et puis, tu sais pertinemment que t’as pas le même effet sur l’un et l’autre. La serviette d’Aspen toujours entre tes doigts, tu finis par l’enrouler autour de ton buste, le sourire aux lèvres. « Merci. Pour la serviette. » laches-tu en déposant un bref baiser sur la joue d’Aspen, le prenant au dépourvu avant de te mettre à rire. Cette gueule là, quand il s’y attend pas, bon dieu que t’en raffoles. Tout comme le mettre hors de lui.
avatar
Destroying someone is fun !
Messages : 48
Points de justice : 20
Date d'inscription : 31/05/2017
Pseudo : HANGOVER.
Célébrité : DAVID PRAT.
Crédits : MORRIGAN, MY 5.



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Dim 9 Juil - 14:44
five & aspen
EAUX TROUBLES.

« knox? sérieusement? » le ton de sa voix n'est pas en adéquation avec la mine choquée qu'elle affiche sûrement un peu surprise que tu lui propose les services sexuels de knox alors que ton genre c'est plus de l'enfermer à double tour dans une pièce pour qu'elle n'ai le droit à aucun contact masculin. rien que l'idée qu'un type pose ses sales pattes sur elle te donne envie de vomir. comme pour se laisser le temps de rétorquer à ta pique, elle choisit ce moment pour sortir de l'eau, dégoulinante de mousse, il te faut te mordre la lèvre pour éviter d'avoir envie de la regarder. et putain c'est douloureux avec l'entaille que t'as déjà. sûrement que tu vas te mettre à saigner, si elle se dépêche pas vite de se rhabiller. mais elle prend son temps, elle avance à pas léger jusqu'à être près de toi, trop près pour que t'ai pas envie de la baffer, de la foutre sur l'évier et de la baiser. les images se succèdent sans que tu puisses les arrêter bien que t'aimerais, tu rêverais même qu'autre chose s'insinue dans tes pensées.

sans que tu t'en rende compte, elle a les mains qui glissent, qui t'arrache la serviette, ses doigts frôlent ton pubis et tu les attrape pour les virer, mais ils glissent déjà loin de toute façon, ça c'était sûrement un accident, mais il t'a demandé toute la retenue du monde. ce qui est volontaire par contre, c'est le regard salace qu'elle te lance, elle en profite pour mater et t'en reviens pas de voir la flamme du désir s'allumer dans les yeux de cette gamine. tu méprises ton corps d'avoir envie, tu la méprises elle de grandir, hors de question que cette garce devienne une femme avant que tu le décides toi-même. putain, elle restera vierge jusqu'à ce que tu veuilles le contraire. « knox, c’est hors de question… mais c’est gentil de me soumettre l’idée… parce que cash, en revanche… je dis pas non. t'en dis quoi ? cash ou knox, c’est du pareil au même pour toi ? » quand t'as proposé qu'elle se foute à poil devant knox, il y a juste une minute c'était des conneries, juste pour qu'elle te foute la paix qu'elle réagisse, tu sais que ce con la dégoûte sûrement parce que ses pratiques ne sont pas vraiment clean, tu penses qu'elle voudra jamais le toucher sûrement pas comme ça, mais avec ses insinuations, elle te fait douter, cette tarée.

t'as la pupille qui se dilate, la colère qui se met à faire bouillir tes veines. et puis, elle ose foutre cash sur le tapis et là plus question de jouer tant dis ce qu'elle enfile la serviette autour de son buste dénudé, qu'elle dépose un baiser sur ta joue mouillée, qu'elle croit déjà avoir gagné alors que la guerre ne fait que commencer. elle pivote sur ses talons, mais tu la retiens par la main, de nouveau elle te fait face t'en profite pour la plaquer contre un mur. c'est brutal, sa tête cogne contre le placo à côté de vous sur l'étagère le sèche cheveux tombe par terre. ton bras entrave sa gorge juste assez pour qu'elle ait du mal à respirer. « tu veux vraiment jouer à ça? » un sourire sadique né sur tes lèvres. « parce que si c'est le cas, j'veux participer moi aussi. si tu te tapes c'est deux-là, j'vois pas ce qui m'empêcherait d'être de la partie. » ton torse vient se plaquer contre ses seins, alors que tu ouvres ses cuisses avec l'une de tes jambes. il t'est déjà arrivé d'être proche d'elle surtout la nuit quand elle se blottit avec toi dans ton lit et que tu peux pas la virer parce que sinon elle pique une crise, mais bordel vous étiez bien plus habillés, ça te faisait pas cet effet. « qu'est-ce que t'en dis bébé, t'aimerais qu'on te prenne tous les trois? tu t'en souviendrais bien comme ça de ta première fois. » avec ton autre main, tu viens retirer une mèche de cheveux qui lui colle au front, pour pouvoir mieux la regarder, les yeux dans les yeux vous vous affrontez.
avatar
It's life. Lower your exceptations.
Messages : 35
Points de justice : 26
Date d'inscription : 08/06/2017
Célébrité : Lyzy Adler
Crédits : @ faust



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Dim 9 Juil - 17:32
five & aspen
EAUX TROUBLES.

Tu vois son regard changer, et la colère transpiré. Bingo. Plus le temps passe, plus tu sais appuyer là où ça fait mal. Ou du moins, comment faire pour le faire vriller en un quart de secondes. C’est pas bien compliqué. Suffit de le connaitre un peu. Et d’observer. Depuis qu’il est rentré, tu sais que c’est pas simple. T’as bien vu que c’était pas complètement comme avant entre Aspen et Cash. Ça saute pas toujours aux yeux. Mais tu le vois. Tu remarques, la machoire d’Aspen qui se crispe parfois, quand Cash prend les commandes. Tu vois bien qu’Aspen, ça le démange de refaire les choses à sa manière. Il voit bien que beaucoup de choses ont changé depuis son départ. C’est même un peu le bordel en fait. Mais c’’est pas étonnant. Cash, il est bien trop soft pour ça. Et Knox, c’est un abruti, il y comprendrait pas grand-chose au mécanisme. Aspen, il maniait ça plutôt bien. Y’avait pas de soucis. Ou rarement. Alors tu sais que le sujet Cash, ça va le chatouiller. Plus encore si ça te concerne. Mais tu pensais pas qu’il te retiendrait. Pas aussi fermement. Et encore moins pour te contrôler contre le mur. Outch. Y’a ta tête qui vient de cogner, et ce con, il s’en fout royalement. Le choc de ton corps contre le mur est tel que le sèche-cheveux se casse la gueule, et toi tu sursautes avant de sentir le bras d’Aspen contre ton cou.. « tu veux vraiment jouer à ça? » il a un sourire mauvais sur les lèvres, signe que tu l’as clairement réveillé. Et exaspéré. « parce que si c'est le cas, j'veux participer moi aussi. si tu te tapes c'est deux-là, j'vois pas ce qui m'empêcherait d'être de la partie. » Il vient plaquer son torse contre tes seins, et sa jambe se créée un passage entre tes cuisses. Malgré son bras sur ta gorge et une certaine difficulté à respirer, y’a un sourire amusé qui se dessine sur tes lèvres. « Jaloux ? » Tu sais que tu joues avec le feu, mais c’est une manie dont tu ne peux te débarrasser. Puis, ça t’amuserait bien qu’il le soit. T’as jamais su si c’était une espèce de possessivité malsaine due à son désir de vouloir tout contrôler, de tout avoir pour lui, ou juste une véritable jalousie d’imaginer un mec posé sur les mains sur toi. « qu'est-ce que t'en dis bébé, t'aimerais qu'on te prenne tous les trois? tu t'en souviendrais bien comme ça de ta première fois. » De son autre main, il vient dégager une mèche de cheveux de ton visage, et tu le mitrailles du regard. Si tes envies vis-à-vis d’Aspen ont changé au cours des années, ça l’est encore plus depuis son retour, seulement tu détestes aussi l’idée qu’il pourrait un jour te considérer –seulement- comme un putain de bout de viande. T’as envie de gerber rien qu’à avoir ces foutues images en tête. Tu supporterais pas que Knox te touche. Et t’es à peu près certaine qu’Aspen ne le laisserait pas faire, peu importe les mots qui viennent de sortir de sa bouche. « J’suis pas une de vos putes. » Le mot sort comme une insulte. Entre ces filles et toi, il y a un monde. Toi, tu te permets de leur répondre. Tu te permets un peu trop de choses en réalité. « Puis tu sais que j’veux pas de Knox. » réponds-tu difficilement, en laissant encore sous-entendre, de cette manière, que le cas de Cash pourrait être tout autre. Tu devines bien l’effet que tu lui fais à Cash. Puis ce serait mentir que de dire que tu l’apprécies pas. Il est toujours là pour toi, pour vous toutes en fait. Il est attentionné, puis vous vous êtes quand même bien rapproché depuis qu’Aspen était au trou. Fallait bien que tu choppes de l’attention quelque part. Mais la vérité, c’est que t’as pas franchement envie de coucher avec Cash. Peut-être un jour. Mais pas aujourd’hui. C’est pas lui le soucis, parce qu’il est plus qu’agréable à regarder en plus de ça. C’est juste que t’es obsédée par Aspen. « mais ma première fois… Tu la veux pas toi ? Juste toi Aspen… Après tout, tu contrôles bien toute ma vie ? » ou c’est l’illusion qu’il en a, même si sur certains aspects, ça reste vrai. « Ou peut-être qu’en treize mois… Ma virginité s’est envolée. C’est long treize mois, tu sais… » tu veux juste lui faire douter. Lui foutre des hypothèses plein la tête. Lui montrer que certaines choses peuvent lui filer entre les doigts s’il fait pas un peu plus gaffe à toi. « Puis, j’ai grandi… mes envies aussi… Mon corps avec. Tu le sens, nan ? » parce que son corps, tu le sens réagir au tien. C’est minime, presque imperceptible, mais tu le sens tendu. Et pas seulement parce que tu le fous en rogne. Treize mois, ça peut être aussi court que long, mais faudrait être aveugle pour ne pas remarquer à quel point ton corps a changé. Fini le corps de gamine. Ta poitrine se soulève de plus en plus profondément, et tu sais pas si c’est parce qu’Aspen est collé contre toi, ou si c’est parce que tes difficultés à respirer s’intensifient à force de parler.
avatar
Destroying someone is fun !
Messages : 48
Points de justice : 20
Date d'inscription : 31/05/2017
Pseudo : HANGOVER.
Célébrité : DAVID PRAT.
Crédits : MORRIGAN, MY 5.



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Mar 11 Juil - 23:10
five & aspen
EAUX TROUBLES.

elle sait exactement comment faire pour te manipuler. elle allume les braises qui fument en toi pour les transformer en feu ardent, comme si elle aimait ça te voir te mettre en colère. comme si, elle l'aimait la lueur assassine qui brille dans tes yeux. elle a peur de rien et malgré ce que tu penses à cet instant, tu sais que c'est une bonne chose, l'une des rares que tu lui ai apprise même. que ça lui servira toujours de savoir se défendre avec des mots quitte à ne pas savoir le faire avec ses poings, parce que si elle est physiquement fragile, elle est mentalement très forte cette gamine,plus que celles que t'ai déjà rencontré. pas que tu ai déjà passé beaucoup de temps avec des femmes de moins de vingt ans, mais tu les vois à la sortie du lycée quand tu vas chercher five pour la ramener, qui ne vivent que pour se maquiller et se faire baiser, avec leurs rires insupportables et leur façon de penser. si elle se faisait agresser dans la rue tout ce qu'elles pourraient faire c'est gémir et crier sans aucun moyen de s'échapper, elle aurait ni les tripes, ni le courage. mais five, elle, elle l'aurait. c'est le mec qui se prendrait à l'agresser qui finirait sur le sol à pleurer sa mère et son père, à crier pour qu'elle le laisse en paix. parce que même toi parfois elle manque de t'achever par son ingéniosité et tu veux même pas parler du venin qu'elle crache.

une mine dégoûtée naquit sur le visage de five tant dis ce que les mots salaces sortent de ta bouche, tu parles, mais tu ne penses pas un mot. si tu ne la vois pas un mec, imagine ce que ce serait avec trois même avec toi dans le lot, tu le permettrais pas. et tu sais qu'elle non plus. elle tente en vain de te repousser, juste pour essayer. mais ta prise est ferme et pour l'instant tu comptes pas la lâcher. elle a pas compris la leçon et même si elle l'a comprendra jamais t'espères au moins qu'elle la ferme un peu, une minute de répit c'est tout ce que t'aimerais. mais la blondinette, elle sait pas se taire. elle sait pas abdiquer. « j'suis pas une de vos putes. » tu ricanes, elle insulte les filles tous les jours, comme si elle valait mieux, c'est sûrement vrai. mais elles sont ton gagne pain alors tu te plains pas qu'elles se foutent de vendre leurs corps à vous ou à d'autres, mais tu sais que five, elle aime pas. et ça t'amuse de la voir se bagarrer avec elles parce qu'elle a osé les critiquer et qu'elles ont eu le malheur d'entendre. évidemment ça va jamais très loin parce que t'intervient et que tu refuses que quelqu'un d'autre que toi ne lève la main sur elle. mais un jour toi ou les autres gars seront pas là et elles finiront par lui tomber dessus, ce serait pas plus mal qu'elle tombe de son piédestal, qu'elle vienne pleurer dans tes jupes après, te demande de tout arranger.

« puis tu sais que j’veux pas de knox. » tu grognes, roule des yeux, renforce même ta prise sans t'en rendre compte. elle insinue encore que ça la dérangerait pas de se faire baiser par cash et même si tu sais que c'est pour te faire chier, tu sens que la prochaine fois ça te fera vriller. putain, t'as intérêt de te mettre à la surveiller. elle serait prête à le chauffer juste pour t'énerver. « mais ma première fois… tu la veux pas toi ? juste toi aspen… après tout, tu contrôles bien toute ma vie ? » tu arques un sourcil surpris. « tu te fous de moi j'espère? » il n'y a aucune note d'ironie dans sa voix, mais tu sais qu'elle se fout de ta gueule. putain, tu peux pas croire qu'elle dise ça. comme si elle avait vraiment envie que tu la touches comme ça. « ou peut-être qu’en treize mois… ma virginité s’est envolée. c'est long treize mois, tu sais… » elle est là l'arnaque, te faire tourner la tête. mais quand tu l'as quitté c'était encore trop une gamine pour qu'elle s'intéresse au sexe à ce point là et même si l'idée est en train de germer dans son esprit, tu vas très vite l'éradiquer. « puis, j’ai grandi… mes envies aussi… mon corps avec. tu le sens, nan ? » comme guidé par sa voix, tes yeux tombent dans la vallée de ses seins. tu la lâches brusquement, recule d'un pas décidé. « vas te faire foutre five ! » tu attrapes un jogging effiloché pour l'enfiler, cette salope c'est exactement comment te manier. t'as vraiment besoin de baiser. t'attendra pas vénus finalement, tu feras ton affaire avec n'importe qui d'autre avant de faire une connerie que tu pourrais regretter. ses yeux aguicheurs continuent de te fixer et t'en reviens pas qu'elle puisse poser ce regard là sur toi, t'as jamais espéré ça, mais voilà que tes pensées bouillonnent à cette idée.
avatar
It's life. Lower your exceptations.
Messages : 35
Points de justice : 26
Date d'inscription : 08/06/2017
Célébrité : Lyzy Adler
Crédits : @ faust



Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté Dim 16 Juil - 17:24
five & aspen
EAUX TROUBLES.

Tes mots, ils sortent naturellement. Peut-être même un peu trop. Tu lui suggères te prendre ta virginité comme tu lui aurais proposé un verre d’eau. Pourtant, ta voix est emplie d’une innocence et d’une hésitation feinte. Juste assez pour qu’il marche. Juste assez pour qu’il te prenne au sérieux quelques secondes. Et lorsqu’il arque un sourcil, tu comprends que ça fonctionne. « tu te fous de moi j'espère? » Un léger sourire sur les lèvres, pas de ceux quand tu te paies sa tête, même si cette proposition est plus pour l’exaspérer qu’autre chose, mais un sourire, qui se voudrait des plus sincères. « Non. Pourquoi ? » T’en rajoutes un couche, avant de l’achever. Lui suggérer que ta virginité a bien pu s’envoler. En treize mois, il peut s’en passer des choses. T’aurais pu avoir un mec. Le premier. Ou t’aurais pu être tellement saoule que tu te serais fait sauter par le premier con venu. Mais avec cette hypothèse, tu sais que tu fais foireux ton petit jeu Il sait que tu fais ça juste pour l’énerver. Pourtant, dernièrement, le sexe t’a bien traversé l’esprit plusieurs fois. Mais pas n’importe qui. Pas comme ça. Lui sous-entendre que ça pourrait être le premier abruti venu, c’est juste pour le faire réagir. Et il tombe trop facilement dedans, même en sachant que tu te paies sa tête. Possessivité quand tu nous tiens… Au lieu de t’arrêter là, tu pousses le vice. Tu veux qu’il le reconnaisse, que t’as plus grand-chose à voir avec la gamine qu’il a quitté. Tu veux qu’il voit, que pendant qu’il était pas là, t’as continué de grandir. Sa gamine, elle devient une femme. Sa gamine, elle va le rendre dingue. Alors y’a les yeux d’Aspen qui se perdent entre tes seins, et toi, ton regard ne le lache pas. Tu rougis pas, au contraire, tu profites de son regard qui te fait frissonner une fraction de seconde, et tu ris, quand il se recule subitement, te lachant par la même occasion. « vas te faire foutre five ! » « Avec plaisir. » tu ris, sans pour autant te couvrir alors que lui s’habille. Tu t’approches encore, le sourire aux lèvres, fière de ta connerie, fière de voir qu’il a enfin remarqué ton corps. « Mais j’ai vu que ça te plaisait. » ton rire cristallin continue d’envahir la salle de bain, alors que tu te penches pour récupérer la serviette alors qu’il a l’air de prendre sur lui pour ne pas exploser. Désormais couverte, tu te rapproches une nouvelle fois, tes lèvres près du creux de son oreille. « tu pourrais tellement faire mieux que te taper une conne dont t’as pas envie… » Le sous-entendu est gros, et ça te passe au dessus. Tu joues avec le feu, et une fois, tu t’en amuses plus que tu ne le crains. Parce que tu sais que s’il s’envoie en l’air aujourd’hui, c’est pas la fille qui écartera ses cuisses à laquelle il pensera. Satisfaite, tu déposes brièvement tes lèvres sur sa joue. Un baiser chaste qui contraste horriblement avec le petit jeu que tu viens de lui offrir. « Amuse toi bien. » tu te recules rapidement, guillerette, en direction de ta chambre, et surtout en laissant Aspen à ses pensées et ses frustrations.
Contenu sponsorisé


Re: EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Message Posté
EAUX TROUBLES. (5&ASPEN)
Keep Up With New York :: Hunts Point

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet